Les techniques de publicité en ligne à connaitre

La publicité en ligne est une pratique de promotion qui est très prisée par les entreprises. En effet, nombreuses sont les entités qui investissent dans cette stratégie pour mieux promouvoir sa marque et ses produits. Mais pour qu’une publicité en ligne soit efficace et performante, il y a certaines techniques de publicité en ligne à connaitre et à maitriser.

Le display

Le display est le type de publicité en ligne le plus utilisé. Cette technique consiste à mettre en avant sur un espace publicitaire en ligne la publicité de l’entreprise. C’est donc un ensemble d’éléments graphiques et visuels qui va promouvoir un produit ou une marque. Et avec le programmatique qui s’est vite accru, il est aujourd’hui possible d’acheter des espaces publicitaires automatiquement en ligne. Pour faire leur publicité en ligne avec le display, les annonceurs ont d’ailleurs le choix entre différentes possibilités :

  • La bannière
  • L’habillage de site web où la publicité de l’annonceur apparaît dans l’espace qu’il aura acheté.
  • Le skyscraper
  • L’affichage sur Facebook

Si vous voulez que votre publicité touche le plus de personnes, l’affichage est un moyen très efficace de le faire.

Les liens sponsorisés

Il est également possible pour une entreprise de faire la promotion de sa marque et de ses produits en achetant des liens sponsorisés ou des mots clefs sur Google. Cette technique permet aux annonceurs d’être visibles dans les résultats des recherches Google. En effet, l’entreprise achète des liens sous AdWords qui seront ensuite affichés en haut de la page des résultats de recherche sur Google. En général, les internautes peuvent identifier ces publicités, car elles sont souvent accompagnées du mot Annonce. Il est important de souligner que les liens ne s’affichent pas à chaque recherche. Quand un internaute effectue des recherches sur Google, ce dernier sélectionne parmi ses annonceurs le lien qui propose une offre la moins chère et la plus adaptée à la recherche pour être sponsorisé.

La vidéo

La vidéo est également devenue un outil publicitaire très prisé. En effet, comme les internautes apprécient de plus en plus les vidéos, les marketeurs y ont trouvé un outil très performant pour leurs publicités. Les annonceurs peuvent d’ailleurs passer par différentes plateformes pour faire leur promotion en vidéo. YouTube propose par exemple des vidéos publicitaires non désactivables. Grâce à cette technique, votre publicité sera visible par les internautes pendant une durée de 30 secondes. En effet, la fonction non désactivable ne permet pas aux internautes de désactiver la vidéo, ils devront la visualiser avant de pouvoir accéder à la vidéo qu’ils veulent regarder. Vous pouvez également choisir Facebook pour partager votre vidéo publicitaire. Le réseau social permet à ses annonceurs  d’atteindre 135% de cibles avec une vidéo. Une portée bien plus élevée par rapport à une photo. Ceci s’explique par le fait que les internautes sont plus convaincus par la vidéo que par les photos. 64% des internautes avouent d’ailleurs avoir souscrit à une offre ou acheté quelque chose après avoir regardé une vidéo publicitaire.


Les trois grandes familles d’applications mobiles

Nous utilisons quotidiennement tant d’applications sur nos dispositifs mobiles pour diverses raisons. Nous classifions ces applications mobiles en trois grandes familles : les natives, les web et les hybrides. En parcourant le présent article, vous comprendrez et différencierez ces applications.

·      Applications mobiles natives

Les applications mobiles natives sont destinées à des appareils mobiles tels qu’Android ou Windows Phone. Elles sont donc natives d’un certain support. Les applications prévues pour Windows Phone, Android, Symbian et BlackBerry ne sont utilisables sur aucune autre plate-forme. Ainsi, une application mobile développée pour Android ne peut uniquement fonctionner que sur cet appareil. Les bénéfices principaux des applications natives reposent sur une expérience agréable et des performances optimales. Par ailleurs, accéder à une vaste palette d’API offre une utilisation illimitée des applications. Les applications mobiles natives peuvent désormais être commandées depuis des boutiques d’applications et attirent clairement des clients cibles. Elles présentent certains désavantages, notamment des hausses de prix comparés à d’autres types d’applications mobiles. Les coûts de sa création se chevauchent, puisqu’elles requièrent une maintenance et des supports supplémentaires pour différentes applications.

·      Applications mobiles web

Les applications mobiles Web ont un comportement similaire aux applications mobiles natives. Elles emploient un certain navigateur pour fonctionner et sont communément rédigées en HTML5, CSS ou JavaScript. Elles réorientent les utilisateurs vers un URL pour leur fournir des possibilités d’installation complémentaires en créant un signet sur leur navigateur. Elles représentent un intérêt majeur, elles requièrent peu de mémoire. On peut en accéder depuis tout appareil connecté à Internet. La sauvegarde des bases de données individuelles se fait sur un certain serveur, de sorte que celles mal connectées à Internet aboutissent à une mauvaise expérience. Une autre lacune est l’accès à peu d’API, à part la géolocalisation. En plus, son niveau de performance dépend indissociablement de la connexion au réseau et de la performance du navigateur. De ce fait, seuls 14 % environ des temps consacrés y sont dédiés, puisque certaines API, seulement, sont utilisables en tant que géolocalisation.

·      Applications mobiles hybrides

Les applications mobiles hybrides se basent spécialement sur diverses technologies web de plates-formes multiples telles que HTML5 et JavaScript. Elles sont des applications web conçues à partir d’un wrapper natif, qui utilise à la fois des composants d’applications natives et d’applications web. Les applications hybrides offrent en outre des atouts et des faiblesses similaires aux applications mobiles natives et web. Les applications mobiles hybrides multi-plateformes offrent une facilité relative de développement, qui est un net atout. Sa base de données assure une maintenance économique et des mises à jour faciles. En revanche, les performances, la vitesse et l’optimisation générale des applications hybrides sont insuffisantes par rapport aux applications mobiles natives. Des problèmes de configuration particuliers se manifestent aussi, du fait de la difficulté des applications de se visualiser de façon identique sur différentes plates-formes.


Fonctionnement et domaines d’application de la réalité augmentée

Les domaines accessibles au grand public sont les cibles de la réalité augmentée en vue de mettre à notre disposition plus de facilité.

Qu’est-ce que la réalité augmentée ?

La réalité augmentée repose sur le principe d’insertion des images de synthèse 2D ou 3D sur des images du monde réel en temps réel. Avec l’appareil photo d’un Smartphone ou des lunettes vidéo spéciales, les images de synthèse sont superposées sur des images du monde réel. Elle désigne également les méthodes ainsi que les technologies qui permettent d’incruster des objets virtuels dans une séquence d’images réelles ou réalistes. Le plus souvent, on l’utilise pour notre perception visuelle, mais elle peut aussi concerner d’autres perceptions suivantes : le tactile avec le toucher, l’olfactif avec les odeurs, l’auditif avec les sons et le gustatif avec le goût.

Comment fonctionne la réalité augmentée ?

Elle nécessite essentiellement des appareils qui embarquent une technologie permettant la superposition d’éléments virtuels sur des éléments réels comme les smartphones, tablettes, ordinateurs, lunettes connectées, les capteurs de mouvement, les caméras et autres. Entre autres, elle se traduit par une extension de notre environnement. Sa technologie débute avec un marqueur, qui peut être considéré comme le fameux successeur du code QR. Le marqueur peut s’agir de n’importe quel logo ou image, dans lequel sont stockées des informations numériques. Il sera ensuite scanné par un appareil photo avec une application de réalité augmentée pour récupérer les informations numériques (lien, vidéo ou images en 2D ou 3D).

Les domaines d’application de la réalité augmentée

La réalité augmentée était autrefois connue dans le domaine de la recherche et  au niveau des militaires, mais avec le temps, il a su trouver une place dans notre quotidien, notamment dans le secteur de :

  • L’éducation :

Sur les tablettes ou les smartphones, les élèves utilisent des manuels numériques via des applications simples.

  • Les sciences et l’industrie :

Dans le domaine scientifique et médical, elle est devenue un véritable outil d’apprentissage et un outil de travail quotidien dans l’industrie et la maintenance.

  • Le patrimoine :

Pour visualiser des monuments disparus en 3D on utilise juste une application mobile téléchargeable.

  • L’édition et la presse écrite :

Pour accéder à des contenus complémentaires, des livres ont maintenant des codes-barres 2D.

  • La publicité :

Elle sert à l’insertion d’encarts publicitaires dans des séquences vidéo tournées dans des magasins, dans des entreprises ou autres.

  • La musique, le tourisme, la cuisine :

Dans la musique, elle est utilisée pour des bonus intégrés sur des albums. Elle sert par contre de guide pour les consommateurs dans le domaine du tourisme et de la cuisine.

  • Les loisirs :

Elle fait plonger les spectateurs au cœur d’un monde partiellement réel à travers de différents jeux par exemple.

  • Le commerce :

Elle sert d’outil de vente incontournable, car elle rend une marque plus attractive et haut de gamme. Grâce à son utilisation, un consommateur de vin peut par exemple scanner l’étiquette d’une bouteille afin de voir le vigneron en sortir virtuellement pour présentation complète du domaine et du vin.


Nos conseils pour une newsletter qui déchire

Grâce à internet, faire de la publicité est plus accessible. En effet, la publicité en ligne permet aux entreprises de toucher plus de personnes. Il existe d’ailleurs différentes façons de faire sa promotion sur internet. Avec la newsletter par exemple, l’entreprise peut promouvoir facilement sa marque et ses produits. Comment faire pour que votre newsletter se démarque de celles des autres entreprises ? 

Les erreurs à éviter dans une newsletter

De plus en plus d’internautes se désintéressent des différentes newsletters qu’ils reçoivent à cause de leurs contenus parfois très ennuyants. SI vous voulez donc que vos cibles s’intéressent à ce que vous leur envoyez, il est important de leur offrir un contenu innovant. Il existe d’ailleurs quelques pratiques à bannir de votre newsletter si vous ne voulez pas faire fuir vos cibles :

  • Mettre dans vos mails « inscrivez-vous à notre newsletter ». Juste à la vue du mot newsletter, certains internautes se rétractent. En effet, ils n’ont pas envie de se faire bombarder de courriel sans intérêt. Évitez donc de mettre ce type de phrase dans vos newsletters pour éviter de faire fuir les gens. Si les contenus de vos courriels leur plaisent, ils s’inscriront volontairement à votre newsletter.
  • Ne pas écrire de façon naturelle. Certaines newsletters ne donnent vraiment pas envie de les lire avec la façon dont elles sont rédigées. En effet, certaines newsletters sont impersonnelles et n’ont aucune vivacité que les internautes ne se sentent pas concerner par ce qu’elles contiennent.
  • Ne pas bien formuler ses titres. Que ce soit pour un article ou une newsletter, le titre joue un rôle capital. En effet, les internautes n’ouvrent un courriel et ne lisent qu’un article que si le titre les a fait tilter. Pensez donc à bien créer vos titres.

Le bon message

Si vous voulez vraiment vous démarquer de la concurrence, il est important d’envoyer le bon message à vos cibles. Mais pour savoir comment la concurrence fait, nous vous conseillons de vous abonner à leurs newsletters. Vous verrez ainsi quel ton adopter pour vos newsletters et quel style privilégier. De plus, cette technique vous permettra de savoir à quel moment vos cibles reçoivent les newsletters de vos concurrents et ainsi vous permettra de choisir en conséquence le bon moment pour envoyer la vôtre. Choisissez d’ailleurs bien vos titres pour accrocher vos cibles.

Incitez les cibles à l’action

Le bût d’une newsletter est souvent d’inciter les cibles à souscrire à une offre ou encore à répondre à un événement. Mais pour que vos cibles aient envie de faire ce que vous leur demandez, assurez-vous que le message passe bien. Vous pouvez d’ailleurs titiller leurs attentions avec des notions d’impératifs qui vont les pousser à agir. Les formules du genre valable jusqu’à minuit ou places limitées  vont immédiatement les inciter à agir. Attention, bannissez le bouton cliquez ici de vos newsletters. Pour plus d’impact et d’intérêt, préférez les styles : commander ou encore m’inscrire à l’événement selon le contexte.


Les démarches pour la création d’application en réalité augmentée

Avec les différentes avancées technologiques, il est aujourd’hui possible de créer différents projets. Les projets en réalité augmentée attirent d’ailleurs de plus en plus de personnes. Il existe d’ailleurs différents procédés pour créer des applications en réalité augmentée. Mais pour mettre en place un projet de création d’application en réalité augmentée, il faut passer par quelques étapes.

Choisir le bon logiciel

Pour mettre en place une application en réalité augmentée, il n’est pas nécessaire de créer de nouveaux logiciels. En effet, de nombreux logiciels sont disponibles en ligne pour faciliter votre création. Mais pour bien choisir votre logiciel, il faudra déterminer sur quel système d’exploitation vous voulez faire fonctionner votre application en réalité augmentée. Une fois que vous aurez choisi le système, vous pouvez choisir le logiciel avec lequel vous allez créer votre application en réalité virtuelle. Pour un bon choix de logiciel, nous vous conseillons d’opter pour celui qui vous permettra de développer votre application pour qu’il soit compatible avec le ou les systèmes d’exploitation que vous avez choisis pour votre application. Cela vous évitera d’effectuer un double travail.

Les SDK

Les SDK sont également des éléments essentiels de la création d’une application en réalité augmentée. Le choix des SDK est très complexe, car pour chaque type d’application ses SDK. Pensez donc à bien choisir les SDK qui seront compatibles avec votre application pour son bon fonctionnement. Pour vous faciliter la tâche, nous avons quelques critères de sélection pour bien choisir les SDK :

  • Les utilisations prévues pour l’application.
  • Les modélisations de l’application
  • L’extension envisagée de l’application
  • Les habitudes et les données d’entrée de l’application

Il est d’ailleurs important de souligner que pour une optimisation optimale des SDK, il faut posséder des connaissances et des compétences en développement. Si vous n’en avez pas, vous pouvez toujours faire appel à une agence spécialisée dans la création d’application qui se chargera de la création de votre application en réalité augmentée. De nombreuses agences se spécialisent dans la gestion de projets logiciels et de création d’application.

La bonne technique

Avant de vous lancer dans la création de votre application en réalité augmentée, vous devrez choisir la technique de fonctionnement de votre application en réalité augmentée. Vous pouvez opter pour une application en Markerless ou en Marker-based. Ces 2 techniques ont leurs particularités. La technique Markerless permet à l’application de reconnaître des objets sans que ces derniers aient été enregistrés dans la création de l’application. Technique assez complexe, elle nécessite la mise en place d’un algorithme capable d’identifier des objets en fonction de plusieurs critères préalablement définis dans l’appareil de l’utilisateur de l’application. La technique de Marker-based quant à elle consiste à enregistrer au préalable les images utilisées pour l’application. L’application pourra plus facilement rechercher ce que son utilisateur demande et ainsi faciliter sa projection. C’est d’ailleurs la méthode la plus prisée en application sur réalité augmentée.


Des conseils pour les candidats au poste de Community Manager

Les utilisateurs n’apprécient pas seulement l’expérience, mais aussi les liens et les relations qu’ils sont en mesure d’établir avec les entreprises et les autres consommateurs. Bien que le fait d’être un Community Manager prospère ne soit pas une aubaine, nous avons recueilli quelques conseils sur ce qu’il faut pour dénicher un emploi et pour cultiver efficacement une communauté.

Un expert et un ambassadeur

Vous ne vous contenterez pas d’être un expert de l’entreprise ou du produit que vous représenterez, vous les passionnerez également. En tant que Community Manager, vous serez un défenseur et ambassadeur authentique de vos produits et de vos utilisateurs. Vous serez aussi un grand utilisateur de vos produits et comprendrez la ferveur des utilisateurs, que ce soit des plaintes ou des feed-back. Effectuer des recherches sur les facettes pertinentes de l’entreprise avec une finesse est primordial. Vous serez ainsi préparé non seulement pour l’entrevue, mais pour le poste dans l’entreprise. Vous devrez faire une vérification exhaustive des médias sociaux de l’entreprise qui vous interrogent. Cela implique également la connaissance du milieu concurrentiel.

Un défenseur des utilisateurs

La compréhension du produit vous permettra de mieux impliquer et appréhender les clients et les utilisateurs. En tant que Community Manager, vous devrez adorer le produit ou l’entreprise dont vous représenterez, tout en comprenant les faiblesses de l’utilisateur. Vous devrez vous montrer empathique, ce qui vous rendra plus aptes à réagir aux plaintes. Cette constatation s’applique particulièrement aux services clientèle, et les entreprises ont établi des normes élevées dans le domaine du suivi de la clientèle en compatissant avec les consommateurs. Votre rôle sera tout aussi identique.

Des compétences en communication

Vous devez notamment avoir une des caractéristiques suivantes. Vous devez :

  • Avoir la qualité d’un employeur
  • Apte à faire participer les membres de votre communauté à un débat constructif
  • Être conscient de votre mission d’assister les membres de votre communauté et de leur donner des outils de communication réciproque.

Pour y parvenir, vous devrez faire preuve d’efficacité dans la communication et bien articuler votre discours. Pour préparer à une profession de Community Manager, une formation en marketing ou en journalisme serait un atout. Une bonne connaissance de l’écriture vous aidera aussi à être un communicateur compétent.

 Authenticité

Un Community Manager ne se contente pas seulement d’une communication, mais il faut que cela soit authentique. Développez votre sens d’humour quand nécessaire et quelquefois quand ne l’est pas. Simultanément, faites de votre mieux pour être humble et laissez votre œuvre se faire remarquer. Haïssez-vous de vanter ou associer à des titres aussi ridicules ? Prenez les exemples de Dell et Comcast, qui ont prouvé que même les plus prestigieuses marques réussissent à montrer un visage authentique dans leurs relations avec les clients. Le secret pour gagner la confiance de vos consommateurs est votre authenticité et une meilleure connaissance des acteurs qui se dissimulent derrière votre marque plutôt que votre anonymat.


Les 3 facteurs importants de la publicité en ligne

La publicité en ligne joue un rôle important dans la communication externe d’une entreprise ou d’une marque, mais un déclic peut également tout la remettre en cause. Pour qu’elle soit pertinente et efficace, 3 facteurs doivent être pris au sérieux.

1.    Le texte

Pour former votre texte, employez toujours un message percutant en essayant de présenter votre offre de façon distincte et synthétique tout en ciblant vos clients. Différents  leviers sont d’ailleurs mis à votre disposition sur internet. L’idéale est de choisir une phrase simple et courte, celle qui se retiendra facilement et qui sera plus compréhensible. Pour créer une réelle opportunité, osez l’originalité et si possible instaurer un facteur temps pour susciter l’engagement et l’urgence.

Pour avoir une publicité percutante, tenez une promesse pour vous différencier de vos concurrents. Identifiez-vous pour cela sur un élément que vous monopolisez sur votre segment de marché, une économie réalisée, une offre particulière, un avantage clé, un rapport qualité/prix ou une réduction.

Pour faire la différence, sachez qu’une publicité en ligne devient plus intéressante avec une réduction, une livraison offerte, un service après-vente ou autres filons pertinents selon votre stratégie.

Pour en terminer avec votre texte, concluez avec un call-to-action percutant (efficace, direct, concis et coloré) qui peut être un bouton, un lien ou un visuel incitant l’internaute à entreprendre une action (inscription, ajout au panier ou autres).

2.    L’apparence

Il faut dire qu’une publicité avec une belle apparence est beaucoup plus agréable à voir. Pour ce faire, trouvez un design séduisant qui pourrait interpeller l’internaute. Misez sur la qualité, mais attention de bien assurer sa cohérence avec votre charte graphique. Utilisez votre logo et faites en sorte que votre espace publicitaire soit adapté à votre identité :

  • Pour éviter tout flottement, placez un léger cadre pour les bannières avec fond blanc.
  • Pour garder la fluidité, limitez les changements de couleurs pour les formats animés.
  • Pour obtenir un chargement rapide, réduisez au maximum le poids de vos images.

Apportez également de la cohérence globale à la performance de votre publicité si vous souhaitez améliorer la conversion de votre boutique en ligne en : pensant à la visibilité de votre publicité (le CTA doit être détaché de votre texte), à sa cohérence et son visuel (soignez sa couleur car à chaque CTA sa signification)

3.    Le format

Dans le cadre de la publicité en ligne, tachez toujours de vous démarquer en utilisant des formats innovants (mini-jeu, mini-formulaire). Soyez également comme votre cible et optez pour de la publicité mobile bien réalisée. N’oubliez surtout pas aussi que le détail change tout. Pour ce faire : testez, testez et retestez ; appliquez un “capping” à votre publicité ; cherchez le bon timing ; et surtout, croisez les données de vos campagnes.


Bien construire sa newsletter

Si vous avez un site internet, un blog, une boutique en ligne ou une association à gérer, la newsletter se voit comme un important outil de communication pour créer et entretenir un lien de qualité avec vos lecteurs, adhérents ou clients. Pour bien le construire, voici ce que vous devez retenir.

Adapter votre design à votre identité visuelle

Une newsletter crédible est celle qui reflète l’identité visuelle de votre site ou blog. Le moyen le plus simple et efficace est d’intégrer le logo de votre marque en haut pour que vos lecteurs puissent immédiatement vous reconnaître. Pour le reste, assurez-vous que tout soit adapté à votre charte graphique : les polices d’écriture et les couleurs. Adopter le modèle de la pyramide inversée est aussi très conseiller pour construire une bonne newsletter. Pour ce faire, faites que votre message le plus important puisse apparaître en premier afin de captiver l’attention des lecteurs qui ne disposent que très peu de temps à vous accorder. Au-dessus de la ligne de flottaison, placez vos blocs les plus importants afin que vos destinataires n’aient pas à scroller pour le voir et mettez vos blocs accessoires en dessous.

Soigner vos call-to-action

Pour atteindre votre objectif, soignez vos call-to-action pour incitant vos destinataires à interagir avec votre site. Pour les mettre, en valoir et les rendre bien efficaces :

  • Utilisez une couleur qui tranche avec le reste de votre newsletter.
  • Employez un texte avec un verbe d’action : découvrez nos offres, je m’inscris, ou autres.
  • Placez-le à un endroit stratégique.

Si votre newsletter a un objectif plus large, vos boutons d’appel à l’action doivent particulièrement être importants puisqu’ils vont permettre de renvoyer les lecteurs intéressés par tel ou tel élément vers la page correspondante.

Inclure des liens vers vos pages sur les réseaux sociaux

Une newsletter doit bien s’intégrer dans une stratégie de communication plus globale. Pour ce faire,  intégrez des liens vers votre site et vos réseaux sociaux afin de bien construire une communauté et fidéliser une audience.

Optimiser l’apparence de votre newsletter en boîte de réception

Pour être facilement identifiables par vos abonnés, concentrez-vous sur l’optimisation de l’objet, le preheader et le nom de l’expéditeur de votre newsletter. Cela vous permettra d’ailleurs de maximiser votre taux d’ouverture. Au-delà du contenu, il est aussi question de bien paramétrer les éléments qui apparaissent en boîte de réception avant toute ouverture. L’objet ne doit pas dépasser les 50 caractères certes, mais il doit bien attirer l’attention de votre contact, lui donner une idée du contenu de l’email et surtout le convaincre de l’ouvrir. Le preheader quant à lui est un texte de prévisualisation de 35 caractères maximum (adapté au mobile) qui apparaît généralement après l’objet d’un email en boîte de réception. Destiné à donner un aperçu du contenu, paramétrez-le pour une meilleure personnalisation et pour créer un bon lien miroir pour votre email.


Application mobile sur Android : quand elle se plante, voici les étapes à suivre

Quand une application mobile se plante, elle  ne s’ouvre pas, se ferme toute seule ou cesse de répondre. Sans crier gare, on a déjà tous connu cette situation. Pour éviter que ce problème ne se répète, il faut le résoudre avec quelques astuces.

Redémarrez votre smartphone Android ou forcez l’arrêt de l’application

Avant de tout remettre à zéro, essayer d’abord la solution la plus facile, le redémarrage de votre Smartphone. Cette action peut bien vous sauver si votre appareil n’a été redémarré depuis longtemps. Sur le long terme, les applications en arrière-plan sur votre appareil peuvent avoir de mauvaises répercussions sur le fonctionnement de votre appareil. Ce processus remettra alors à zéro votre smartphone au niveau des applications et des processus qui ont été ouverts. Si le problème est mineur, le redémarrage devrait largement suffire.

Après le redémarrage, si le problème persiste, tentez de forcer l’arrêt de l’application défaillante en vous rendant dans les paramètres, Applications et notifications, choisissez l’application défaillante puis appuyez juste sur Forcer l’arrêt.

Vider le cache de l’application mobile Android

L’alternative suivante consiste vider le cache de l’application défaillante. Pour ce faire, allez dans Paramètres, Applications et notifications, puis choisissez l’application mobile défaillante, allez dans Stockage et cliquez sur Vider le cache. Au prochain lancement, votre application mobile sera un peu plus lente, mais rassurez-vous que si le problème n’était pas trop sérieux, la situation devrait revenir à la normale.

Mettre l’application mobile à jour ou désinstaller puis réinstaller

Pour l’application mobile défaillante, vérifiez si une mise à jour est disponible en vous rendant sur Google Play Store. Si aucune mise à jour n’est pas disponible pour le moment, tenez de la désinstaller puis la réinstaller. Notons que cette dernière solution est possible uniquement sur les applications  installées et non sur les applications en native sur votre appareil. Pour ces applications, la seule option qui reste est de les rooter ou supprimer les dernières mises à jour.

Rétablir la configuration d’usine de votre smartphone Android

La dernière solution possible serait d’employer la méthode forte, celle de rétablir la configuration d’usine de votre appareil mobile. Sauvegarder avant toute chose vos données personnelles puis suivez les instructions suivantes :

  • Ouvrir l’application Paramètres.
  • Aller sur Système puis sur Options de réinitialisation.
  • Appuyez sur Effacez toutes données (rétablir la configuration d’usine).
  • Appuyer sur Redémarrage de l’appareil.
  • Configurer l’appareil puis restaurer vos données.

En tentant toutes ces solutions, vous pouvez pratiquement utiliser à nouveau et sans problème votre appareil mobile et surtout votre application mobile préférée. Tout cela peut vous prendre quelques minutes, voire quelques heures, mais ce qui est important, c’est que vous aurez moins de casse-tête.


Débuter efficacement dans le blogging 

Vous avez toujours rêvé de créer un blog, mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ? C’est le bon moment de vous lancer dans l’aventure. Pour débuter efficacement dans le blogging et sans se perdre dans les différents processus, sachez exactement par où commencer ?

Trouver un sujet qui vous plaît et le nom du blog

Trouver le bon sujet de blog peut être un vrai casse-tête, car deux paramètres doivent être réunis :

·      La passion

Comme vous allez passer de longues heures devant votre ordinateur à tenir votre blog, il est important que le sujet vous donne toujours envie d’y travailler dessus. Dans le cas contraire, vous allez vite le mettre de côté et laisser en vain vos efforts.

·      La monétisation

En plus d’être un sujet qui vous passionne, il doit aussi être monétisable, car oui un blog peut être un bon moyen de générer du chiffre d’affaires.  Pour qu’il puisse vous apporter de l’argent, il est important qu’il intéresse les lecteurs et qu’il concerne un domaine où il n’y  a pas beaucoup de concurrence.

Après avoir combiné toutes les possibilités, vous aurez votre sujet de blog et il est temps pour vous de lui trouver un nom. Beaucoup de blogueurs prennent du temps là-dessus, car comme avec le nom d’un petit bébé, le nom d’un blog a aussi une grande importance toutefois sachez que la qualité du contenu que vous allez proposer prime, peu importe le nom que vous allez lui attribuer. Toutefois, optez pour un nom assez court et facile à retenir, et pensez à des mots qui représentent votre univers.

Choisir une plateforme, un hébergeur et un nom de domaine

Le choix de la plateforme qui va héberger votre blog est un sujet dur. Deux choix se proposent à vous :

  • Wix : une solution facile à prendre en main et offrant de nombreuses fonctionnalités donc elle est faite pour les personnes ayant très peu de connaissances en matière de création de site web. Même si c’est un outil intuitif, il a aussi ses limites quand vous voulez aller un peu loin.
  • WordPress : lorsqu’on part de 0, cette plateforme n’est pas évidente à prendre en main, car vous allez passer des heures à la comprendre et à créer un blog sympa et surtout fonctionnel. Très personnalisable, vous êtes plus libre dans votre création.   

L’hébergeur est le site qui va stocker les données de votre blog en ligne par contre le nom de domaine est l’adresse de votre site, celle que les internautes vont taper dans la barre de recherche de leur navigateur. Avec Wix, plus besoin de chercher un hébergement pour les forfaits Premium puisque la plateforme en propose incluant un nom de domaine. Avec WordPress par contre, vous devrez trouver un hébergeur puis installer WordPress.org et passer à la création de votre site.

Créer un blog qui déchire et proposer des contenus de qualité

Le moment est venu de passer à la création de votre blog. Sur Wix, de nombreux thèmes sont mis à votre disposition afin de vous laisser personnaliser votre thématique à votre guise. Le choix est un peu plus réduit sur WordPress avec les thèmes gratuits, des thèmes payants sont tout de même proposés. En plus de créer un environnement chaleureux et accueillant, pensez également aux aspects plus techniques (sécurité, l’inscription à votre newsletter, les mentions légales).  

Une fois que votre blog est créé, concentrez-vous maintenant sur ce que vous allez publier. Votre contenu doit être de qualité :

  • Pas moins de 800 mots par article.
  • Publication à fréquence régulière (au moins 2 fois par semaine).
  • Privilégiez des phrases simples pour éviter les fautes.
  • Utiliser de belles images pour vos contenus.
  • Adressez-vous aux lecteurs et faites appel à l’action.

À travers vos contenus, faites aussi en sorte d’attirer du trafic :

  • En créant des contenus optimisés SEO.
  • En utilisant les réseaux sociaux.
  • En optant pour la publicité payante.

En écrivant des articles invités afin de se faire connaître et de toucher une audience différente.